Débats


Fin de vie : l’importance d’un débat digne

En réponse à l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité

Plusieurs personnes m’ont exprimé par courrier leur souhait de voir initié le débat sur la fin de vie et autorisé le “droit de mourir dans la dignité”.

Dans ma réponse, je leur confirme ma pleine adhésion à l’organisation de ce débat à l’Assemblée nationale. Il est essentiel en effet que chacun puisse se forger une conviction, au terme d’un débat qui permette de saisir tous les aspects de cette question majeure, en commençant par l’évaluation précise de la législation actuelle et son application.

Ce n’est qu’à partir de là qu’il conviendra de déterminer ce que recouvre précisément l’expression “mourir dans la dignité”. Cette approche permettra de clarifier certaines confusions encore fréquentes comme celle entre l’arrêt des thérapies actives en fin de vie, déjà autorisée par la loi, l’intervention active qui donne la mort à la demande explicite du malade, ou encore l’assistance médicale au suicide.

Le débat devra inclure aussi des questions comme le développement des soins palliatifs, leur prise en charge, et plus largement la prise en compte de la grande vieillesse, ou le sens donné à une médicalisation à outrance générée par les avancées technologiques.

L’objectif ultime est que le droit et son application quotidienne respectent scrupuleusement la volonté de chacun, soulagent les souffrances des personnes en fin de vie, et aident aussi ceux qui les accompagnent et les soignent.

Je tiens à rester très disponible pour ce débat qui me tient à cœur, comme tous les sujets de société.

Lire le texte de ma réponse en entier

 

Mariage pour tous : mes contributions au débat

Vous pouvez retrouver ci-dessous mes différentes contributions au débat sur le projet d’ouverture du mariage aux couples de même sexe :