Election présidentielle – Face à l’extrême droite, aucune voix ne doit manquer à Emmanuel Macron !

Au premier tour de cette élection présidentielle, les électeurs ont placé Emmanuel Macron en tête, devant Marine Le Pen.

Ils ont ainsi clairement montré leur volonté de sortir de l’ancienne logique du bipartisme et des alternances régulières droite-gauche. Le choix proposé au second tour est désormais différent : c’est un choix entre une France progressiste, ouverte, et une France recroquevillée.

Ce choix, cette destinée, chaque électeur en a une part dans ses mains. En allant voter -ou en n’y allant pas- chacun va choisir le destin de notre pays.

Dès le premier tour, j’ai appelé à voter pour Emmanuel Macron, car j’ai fait le choix de soutenir un projet progressiste, réaliste, en dehors des clivages traditionnels (qui ont montré leurs limites, y compris face au FN), pour que l’avenir de la France ne se joue plus sur des réflexes anciens qui n’arrivent plus à donner l’espoir et l’ardeur indispensables pour redonner confiance en notre avenir, en notre pays, notre société.

Le 7 mai, chacun aura le choix. Un choix clair.

Je choisis le progrès, je choisis une France mobilisant son énergie. Une France ouverte sur l’Europe, dont nous sommes une part essentielle. Je souhaite faire partager cet élan au plus grand nombre d’entre vous, car le projet d’Emmanuel Macron est aujourd’hui le seul permettant d’envisager l’avenir avec optimisme et sans angélisme. Nos difficultés sont réelles, nombreuses, mais elles ne peuvent se résoudre, se résorber qu’avec une politique moderne, réformatrice. Il nous faut un président jeune, solide, dépassant nos clivages anciens pour rassembler le meilleur du pays, autour de valeurs généreuses nous donnant une place centrale dans le concert européen et international. Se recroqueviller sur une identité fantasmée ne résoudrait rien, et au contraire ne ferait qu’accroitre les difficultés des plus modestes, les divisions et les crises au sein de notre pays.

Le projet du candidat d’En Marche! est bâti sur la confiance. L’autre option est fondée sur la peur. La sagesse populaire dit que la peur n’évite pas le danger. N’ayons pas peur et évitons ce danger !

Un vote massif pour Emmanuel Macron ce 7 mai exprimera ce refus de la peur, de la haine et du repli, sans en faire pour autant un plébiscite pour le projet porté par Emmanuel Macron. Mieux que le président élu en 2002, il devra tenir compte de la diversité des votes qui lui ont fait confiance ! Le candidat l’a bien compris, réaffirmant ce jeudi soir : “je ne prends pas votre vote comme un chèque en blanc”. Continuant à l’attention des électeurs qui ont porté leur voix pour d’autres candidats le 23 avril dernier, il poursuit : “Je sais que vous ne m’avez pas suivi en majorité au premier tour. Je sais que vous aurez demain à exprimer votre vote. (…) J’ai besoin demain d’avoir un maximum de force pour construire ce camp progressiste qui devra affronter le Front national, projet contre projet, valeurs contre valeurs”.

Choisir est de la responsabilité de chacun, quel qu’ait été son vote au premier tour… Que les progressistes se retrouvent derrière Emmanuel Macron lors de ce second tour !

L’enjeu est effectivement que le plus grand nombre aille voter, pour que la victoire du démocrate Emmanuel Macron soit massive. Il en va de l’image de la France, et surtout de son avenir. Chacun peut comprendre qu’il existe une différence fondamentale entre les deux projets, et que l’on ne peut confondre les projets d’Emmanuel Macron et de Mme Le Pen. Entre un projet démocrate, qui peut susciter des débats, et un projet antirépublicain et xénophobe, l’heure n’est plus aux atermoiements, aux amalgames simplistes. Ne pas aller voter, ne pas voter pour M. Macron, c’est au final avantager Mme Le Pen.